Initiation : Les 9 étapes d’apprentissage de la plongée sous-marine

Initiation : Les 9 étapes d’apprentissage de la plongée sous-marine

Les cours de plongée de base et le fameux baptême de plongée permettent d’initier au monde sous-marin. Cependant, pour y arriver, vous avez besoin de compétences approfondies en plongée.

Compétences de base en plongée

Il est essentiel d’apprendre en quoi consiste l’équipement de plongée et comment le configurer. L’installation de l’équipement est aussi importante que la vérification de la sécurité ou du processus d’entrée dans l’eau. 

Avec des cours de plongée et l’obtention des niveaux de plongée, vous pouvez apprendre à descendre et à monter, vider la valve respiratoire de l’eau et respirer à partir d’une autre source d’air que celle dont nous avons l’habitude. 

En outre, il est très important de maîtriser la flottabilité et de bien souffler le masque.

Aujourd’hui, il existe différents organismes français ou anglo-saxons qui proposent des cursus pour acquérir de plus en plus d’autonomie et de connaissances. En France, l’un des plus connus est la FFESSM (Fédération française d’études et de sports sous-marins) mais vous pouvez tout à fait vous former avec une autre fédération (FSGT) ou avec un syndicat de moniteurs professionnels (ANMP, SNMP). Il se peut que certains exercices puissent varier légèrement entre les différentes fédérations de plongée impliquées dans la formation des plongeurs, mais les principaux éléments seront conservés.

Notez que la plupart des différences résident dans :

  • La méthode de respiration à partir d’une source alternative de mélange respiratoire ;
  • La manière de respirer du partenaire

Les différents niveaux de plongée

Dans cet article détaillé sur les bases de la plongée, nous vous présentons un certain nombre de compétences nécessaires pour plonger en toute sécurité. Ces compétences sont enseignées dans les cours de plongée de base pour obtenir les différents niveaux de plongée. La formation de plongée est découpée en niveaux : 1, 2, 3 et 4 auxquels s’ajoutent un cinquième niveau spécifique pour les directeurs de plongée en exploration.

Les 9 étapes pratiques d’une plongée réussie

Installation de l’équipement de plongée 

Première opération qui paraît assez simple; mais le matériel de plongée est souvent lourd et peu commode à installer seul. 

Il arrive même régulièrement que les plongeurs après un niveau de base ou une pause plus longue aient des problèmes avec leur mise en place.

Au cours de cet habillage, il est aussi important de prendre plusieurs minutes pour vérifier l’ensemble du réglage du matériel (masque, tuba, palmes, veste cylindre et système de respiration).

Coordination avec le partenaire avant de plonger

Il s’agit d’une habitude très importante à prendre avant de plonger. Dans une sortie en plongée, le binôme est un principe qui ne doit pas être pris à la légère, vous devez pouvoir compter l’un sur l’autre à tout moment.

C’est pourquoi, il est important de veiller à l’entente de votre communication au préalable en apprenant les signes utilisés en plongée sous-marine. 

Cela ne prend que quelques secondes et augmente considérablement la sécurité lors de la plongée.

Vérification de la flottabilité

Ce critère englobe de nombreux paramètres dont notamment la quantité de lest prise sous l’eau est très importante, elle ne doit être ni trop lourde, ni trop légère.Consultez notre article dédié à cet effet : Technique de plongée de base : Les exercices de flottabilité.

Maîtriser la technique de la respiration

Outre des notions d’apnée pour  éviter les situations d’urgence, il est essentiel pour un plongeur d’avoir les méthodes correctes de ventilation à partir d’un détendeur (naturelle, continue, calme).

Les encadrants veillent toujours à ce qu’en retirant le régulateur de votre bouche, vous continuiez d’expirer et d’oxygéner votre corps.

Montre, nanomètre et saut à l’eau

La montre de plongée doit faire partie intégrante de votre équipement. Elle doit au minimum être résistante à l’eau de mer (qualité et profondeur), mais aussi comporter une lunette qui va servir à mesurer avec précision le temps passé sous l’eau et aide à ajuster le rythme de la remontée. Au même titre, un plongeur doit savoir lire un manomètre avant de se jeter à l’eau.

Ensuite, c’est le moment de prendre le large et de quitter l’embarcation. Pour cela, il existe trois façon de  sauter dans l’eau :

  • En basculant en arrière ;
  • En saut droit ;
  • Ou par l’échelle.

Une fois en mer, il s’agit de s’immerger par la technique du phoque, de la coulée expiratoire ou du canard.

Savoir passer les 5 points d’immersion :

On commence toujours la plongée en immersion, ce n’est pas une activité compliquée, mais il convient de rappeler quelques éléments. Voici quelques points qui méritent d’être pris en compte pendant la plongée :

  • Marque d’immersion – demander au partenaire si OK et si la réponse est OK, montrer le signe “DOWN”. Si le partenaire n’est pas prêt, il doit le signaler ou simplement le dire. On attend qu’il soit prêt pour poursuivre le processus.
  • Orientation – L’orientation sur le terrain permet de savoir quel chemin prendre après l’immersion. Parfois, nous n’avons pas de problème pour déterminer les directions sous l’eau, par exemple lorsqu’il y a une pente de fond claire, mais lorsque le fond est plat et dépourvu de points caractéristiques, une planification de la direction avant l’immersion sera nécessaire.
  • Troquer le tuba contre une bouteille de plongée – Ce choix est important pour vivre pleinement l’immersion. En effet, il est très difficile de respirer avec un tuba sous l’eau, à moins de maîtriser parfaitement les techniques d’apnée. À la moindre erreur, il faut savoir refaire surface ou chercher un partenaire qui pourrait vous passer son appareil respiratoire déjà sous l’eau.
  • Mémoriser le temps de plongée – Cette caractéristique permet de contrôler décemment le maintien du matériel de plongée. Si cela vous est compliqué, il est possible de prendre une montre de plongée et de démarrer le chronomètre. Cette information est nécessaire pour déterminer les conditions de décompression. L’ordinateur de plongée ne ralentit pas non plus la mise en œuvre de ce point, il vaut toujours la peine de vérifier s’il est allumé.
  • L’immersion – Une main sur le gonfleur, l’autre sur le nez. Laissez sortir l’air du gilet et égalisez la pression dans les oreilles au fur et à mesure que vous descendez. N’oubliez pas que dans les premiers mètres, les changements de pression sont les plus importants et que vous devez effectuer une égalisation de la pression juste en dessous de la surface, puis à chaque mètre et à chaque fois que vous ressentez une légère pression dans les oreilles.  Gardez à l’esprit que le fait de ne pas égaliser la pression entraîne une douleur accrue et, dans des cas extrêmes, un traumatisme de pression à l’oreille.

Nettoyage du masque sous l’eau

Cette action peut sembler anodine, pourtant, la perte du masque sous l’eau est souvent une situation qui peut entraîner des mouvements de panique qui font monter le stress.

L’apprentissage de la respiration aquatique sans masque (apnée) est donc essentielle pour vivre des moments agréables dans le milieu marin.

Au cours des formations aux niveaux de plongée, enlever et remettre son masque sous l’eau fait partie des automatismes les plus classiques en plongée.

Enlèvement et installation du système de ballast sous l’eau

Il s’agit de savoir mettre et enlever sa ceinture de poids pour maîtriser votre lest. Ce type de situation fait partie des entraînements réguliers d’un plongeur et des exigences qui seront demandées à un candidat aux niveaux de plongée pour un brevet de certification Français.

L’ascension en 5 points – Après la plongée, ascension

Une ascension est le fait d’atteindre la surface de l’eau en toute sécurité. Cette technique est enseignée dans les premiers cours théoriques de plongée et dans des conditions d’eau peu profonde, que ce soit en piscine ou en eau libre.

  • Faire le signe à son partenaire du désir de commencer l’ascension. Pour cela, il suffit de montrer le signe “up”. Lorsque le partenaire “OK”, commencez l’ascension en vérifiant le temps de plongée.
  • Vérification du temps de plongée – Souvenez-vous du temps de plongée et vérifiez si une décompression est nécessaire.
  • Positionnez une main sur le gonfleur et l’autre sur la tête.
  • Levez les yeux et nagez lentement autour de votre axe en vérifiant s’il n’y a pas d’obstacle se présentant au-dessus de vous.
  • La vitesse de remontée doit être conforme aux recommandations des tables de décompression ou de l’ordinateur de plongée. Le groupe (plongeur) émerge au rythme de l’ascension la plus lente.

Pour en savoir plus sur les bases théoriques et pratiques de la plongée, consultez notre article : Plongée niveau 1 : Comment l’obtenir ? Compétences et pré-requis.

Plongée – Le principe de la nage avec un partenaire

En plongée loisir, le système partenaire est à la base de tout le processus de sécurité. S’il n’y a pas de partenaire, le système de sécurité ne fonctionne pratiquement pas (cette règle ne s’applique pas qu’aux plongeurs techniques, attention : plonger en twinset ne fait de personne un plongeur technique, c’est un problème beaucoup plus complexe).

Il ne suffit pas d’avoir un partenaire au sens physique, car en général, une sortie de plongée se fait en groupe.

Mais il faut savoir qu’au briefing, il est souvent demandé de se jumeler avec une autre personne pour contrôler son habillement et se soutenir lors d’éventuels accidents de plongée techniques ou physiques.

Ce principe d’affiliation est essentiel et doit être mis en place avant la sortie afin d’instaurer des règles communautaires de sécurité. Cependant, pour les suivre, vous devez connaître les signes mais aussi un peu plus votre partenaire de plongée. 

Dans le cas d’un nouveau partenaire, les éléments de base du système d’affiliation doivent être discutés avec lui dans un brief de pré-plongée.

Éléments d’un système de partenariat en plongée

Le système partenaire de plongée loisir est un moyen de plonger en toute sécurité. Avant de  plonger, rappelez-vous de :

  • Planifier l’orientation de la plongée ensemble : Préparez un plan de plongée – briefing avec un partenaire. Il n’y a rien de pire que de plonger sans savoir où aller. Il est impératif de discuter avec votre partenaire de questions fondamentales telles que : le lieu d’entrée et de sortie de l’eau, la profondeur de la plongée, l’heure, le but de la plongée.
  • Rappelez avec votre partenaire les signes de plongée de base : Il ne s’agit pas seulement des signes montrés par les mains, mais aussi des signes tactiles, sonores ou lumineux de la plongée, vous devez avec la même façon de procéder pour éviter les mouvements de panique.
  • Contrôler mutuellement le matériel pour un renfort de la sécurité : Des vérifications de l’équipement doivent être effectuées avant chaque plongée. Le but de cette inspection n’est pas seulement de déterminer si tout est bien monté; c’est aussi, et peut-être surtout, de se familiariser avec cet équipement. Si vous ne savez pas comment manipuler un équipement donné, demandez-le à votre partenaire. Par exemple, si vous ne savez pas comment déconnecter le ballast intégré – demandez toujours avant d’entrer dans l’eau.
  • Vérifier la flottabilité commune : Cette activité de stabilisation du corps avec tout son équipement à la surface de l’eau doit être effectuée avant chaque plongée.
  • Nager en binôme : il faut avancer côte à côte pour éviter la moindre situation d’urgence qui pourrait survenir si vous êtes seuls. En outre, nager en binôme résulte de faire gage d’entraide pendant la plongée ou en cas de situation d’urgence. Le système d’affiliation fonctionne correctement que si nous y prêtons attention. Chaque plongée doit être planifiée et toutes les procédures doivent être connues de tous les membres de l’équipe. Pour en être totalement responsable, familiarisez-vous avec les règles de sécurité avant et après la plongée et les règles de sécurité aquatique.

Les règles de sécurité aquatique

Certaines règles de conduite peuvent grandement faciliter une sortie en plongée, même pour les grands débutants.

  • Nager par paire – Le meilleur moyen de savourer une plongée sous-marine en  toute sécurité, c’est de l’effectuer avec un groupe restreint et un partenaire de confiance. 
  • Nager l’un à côté de l’autre – Cela ne veut pas dire “main dans la main”; mais il est possible  de nager en binôme de différentes manières :  Soit l’un à côté de l’autre; l’un après l’autre ou en toute liberté. En général, plus la visibilité est mauvaise, plus le binôme doit être rapproché. Par exemple, sur les côtes Atlantique Françaises, la meilleure position est de nager côte à côte, de préférence tête à tête, de sorte qu’un léger tour de tête suffit pour voir le partenaire. Les deux plongeurs nagent à la même profondeur à portée d’une main, et au maximum de deux mains. Toutefois, la distance ne doit pas être trop réduite afin de ne pas se déranger.
  • Signaler la pression dans le cylindre 100at et 50at – le partenaire n’a pas à nous demander constamment la pression dans le cylindre, il suffit de signaler deux niveaux importants de 100at et 50at.

C’est une bonne pratique de plongée d’informer le plongeur ou le compagnon de plongée que la pression a chuté à la valeur de réserve (50at). Comme je plonge avec les élèves, je leur demande également de signaler lorsque la pression de leur bouteille atteint 100 at. C’est souvent le tournant de la plongée loisir, à partir de ce moment on commence à revenir pour terminer la plongée avec une réserve d’air de 50at. La plongée doit être terminée lorsque la pression d’air dans la bouteille chute à 20-30at.

Accident de plongée : Les situations d’urgence à connaître

Bien que la plongée soit un sport très sûr, elle peut entraîner des urgences qui, si elles ne sont pas contrôlées, peuvent entraîner un accident de plongée. 

Pour ne pas y être confronté, chaque plongeur doit être familiarisé avec les méthodes de gestion des situations les plus courantes aux plus rares. 

Cela peut aller d’une simple crampe aux jambes, à un manque d’air ou une défaillance du matériel.

Dans ce cas, il faut procéder à une remontée d’urgence. Lorsqu’on a plus d’air, c’est souvent dû à un oubli de contrôle du côté du plongeur – principalement en raison du manque de contrôle de la pression atmosphérique. 

Pour cela, chaque plongeur doit être formé à vérifier la pression suffisamment fréquemment pour connaître sa valeur dans les 20at au-dessus de 100at, et jusqu’à 10at lorsqu’elle tombe en dessous de 100at. 

Il est possible d’émerger de plusieurs manières, la méthode que vous utiliserez dépendra des circonstances. La technique la plus courante consiste à remonter sur la source d’air alternative de votre partenaire. 
Si vous souhaitez en savoir plus sur ce sujet, consultez notre article complet : Accident de plongée : Comment les éviter ? Situations et solutions

Note :

Nous avons mis tout en œuvre pour que ce document contienne des informations fiables, exactes et utiles. Cependant, ce n’est pas un manuel de plongée, juste un petit guide d’usage pour ceux qui s’intéressent à ce sport. 

N’essayez jamais de plonger sur la seule base de ces informations ! Vous ne pouvez plonger qu’après avoir reçu une formation appropriée, en fonction de vos qualifications et de vos capacités, sous la supervision d’un moniteur de plongée.